La CGT Canon
le 7/06/2021

C’est sans la moindre concertation avec les partenaires sociaux, donc au mépris des dispositions du protocole gouvernemental national, que la Direction a eu l’intention, le 04 juin (dans la foulée du CSE extraordinaire sur le plan de relance) d’informer vos élus sur les décisions arrêtées pour le retour sur site des collaborateurs. Nous nous sommes évidemment opposés à cette volonté de présentation, dépourvue de négociation et donc de dialogue social car, une fois l’exposé de la Direction effectué, il aurait été immédiatement suivi d’une communication officielle sur ces modalités imposées de reprise.

Pourtant, le « Protocole national pour assurer la santé et la sécurité des salariés en entreprise face à l’épidémie de COVID-19 », dans sa version du 09 juin 2021, mentionne clairement en page 3 : « La définition et la mise en œuvre des mesures de prévention nécessitent un travail de réflexion préalable, conduit dans un cadre concerté, afin de garantir leur faisabilité, leur effectivité et leur appropriation la plus large par tous les acteurs participant à la lutte contre la propagation du virus. A cet égard, le dialogue social est un élément essentiel pour la mise en œuvre des mesures prévues par ce protocole. L’association des représentants du personnel et des représentants syndicaux facilite la déclinaison de ces mesures dans l’entreprise en tenant compte de la réalité de son activité, de sa situation géographique et de la situation épidémiologique, et des missions confiées à chacun. Elle permet également d’anticiper les difficultés concrètes liées à leur mise en œuvre ».

Malgré cela, des consignes circulent déjà dans les services et nous ont été remontées. Il serait question de revenir 3 jours sur site, et ce à partir du 09 juin prochain !  Si cette décision est déjà actée avec le management, que fait la Direction du respect des partenaires sociaux et des collaborateurs ?  Où est la qualité du dialogue social qu’elle prône auprès de l’Administration ? Quid de la bienveillance envers les salariés dont la DRH se fait le chantre ?

Bousculer brutalement le rythme des collaborateurs en télétravail (et toujours sans indemnisations de leurs frais personnels…) qui n’ont plus pris les transports en commun ou affronté les embouteillages depuis des mois, et ce en les faisant revenir, sans étape intermédiaire, directement 3 jours / semaine sur site, est-ce de la bienveillance ou de la malveillance ?

De plus, dans un contexte particulièrement difficile et extrêmement tendu avec les partenaires sociaux, la Direction a tenté, le même jour, de présenter ses modifications apportées au projet d’accord sur les mesures du plan de relance. En effet, la procédure d’information / consultation sur le PSE devait se terminer le 04 juin mais une lettre d’observation et un courrier d’injonction de la DRIEETS a obligé la direction à revoir en urgence des dispositions des mesures d’accompagnement du plan.

C’est donc très fébrile et pressée d’en finir qu’elle a décidé, du jour au lendemain, sans concertation avec vos élus et toutes affaires cessantes, de fixer une nouvelle réunion de négociation avec les Organisations Syndicales pour présenter les derniers changements, effectués suite aux remarques de la DRIEETS, par peur de voir son projet invalidé.

Réaction très vive des élus qui s’estiment une nouvelle fois méprisés mais qui refusent de pratiquer la « politique de la chaise vide ». Les Organisations Syndicales se sont donc organisées, en urgence, pour se présenter à cette réunion de supposée « négociation » et obtenir, non sans difficultés son report au 08 juin, le temps d’étudier la nouvelle version de l’accord, tout en étant conscients que, désormais, ces réunions n’ont de « négociation » que le nom !

Dès le début, tout était dit… Une fois de plus, il n’y a rien à négocier !  vraiment dé-concertant !  

 

Envie de faire changer les choses ???

Syndiquez-vous !